Cartographie collaborative

Les associations communautaires formées à la cartographie collaborative

Le projet Sunu Gox mis en œuvre par Y en a marre en collaboration avec le Gret dans cinq quartiers de la banlieue de Dakar (Guédiawaye, Wakhinane Nimzatt, Bargny, Malika, Dalifort), a entrepris sa phase de définition concertée des priorités en termes d’amélioration de l’environnement et du cadre de vie dans.

 

Cette phase se déroule dans le cadre d’un processus collaboratif de diagnostic mené par les associations communautaires, le mouvement Y en a marre et les autorités locales. Ainsi, pendant deux semaines, plus d’une vingtaine de participants des associations et des autorités locales, issus des quartiers d’interventions du projet, ont suivi la première phase de formation initiale au centre Guédiawaye Hip Hop. Ils ont ainsi commencé à cartographier les rues de Wakhinane Nimzatt, munis de smartphones de cartes et de stylos.

 

Cette formation délivrée par la plateforme Open Street Map Sénégal a pour objectif principal d’accompagner les populations à identifier et documenter les principaux enjeux environnementaux de leur quartier, afin de renforcer leurs capacités d’actions. Suite à ces deux semaines de formation initiale, les apprentis cartographes effectuent un travail de réplication de la démarche de cartographie dans leurs quartiers respectifs, sur une durée de deux mois. L’équipe d’OSM Sénégal assurera un suivi du travail sur le terrain pendant cette période. [/su_expand]

 

Voici quelques témoignages de participants et formateurs sur leurs premières impressions et sur les perspectives qui se dessinent. Propos recueillis lors des journées d’apprentissage de la formation initiale.

 

Saliou NDIAYE, Assistant de projet Sunu GOX.

 

Saliou_Ndiaye« Cette activité a une importance capitale pour le projet Sunu Gox. Grâce à celle-ci, nous pourrons représenter les problèmes qui existent sur le terrain, comme l’insalubrité, les dépôts sauvages d’ordures etc. avec l’appui des populations.

Outre cela, notre objectif est également d’assurer une formation adéquate qui permettra aux membres de ces associations et OCB d’acquérir les compétences et les outils qui leur permettront d’être autonomes dans le plaidoyer, car ce dernier point est très important dans la résolution des problèmes écologiques comme c’est le cas à Bargny,

notamment à cause de la pollution occasionnée par la centrale à charbon. »

 

Ismaila SEYE, Informaticien, membre de la société Open Street Map (OSM), chargé de l’urbanisme à la mairie de Grand-Dakar.

 

Ismaila SEYE« La cartographie sera faite sur le site d’Open Street Map, qui est une cartographie libre, sous licence ODBL (contrat de licence qui favorise la libre circulation des données). Ainsi, toutes les données collectées seront transférées sur la plateforme OSM, ce qui favorisera leur réutilisation. Les données seront accessibles à tous.

A l’issue de la formation, nous aurons ajouté de nouvelles rues, de nouveaux bâtiments qui n’étaient pas répertoriés. Le dessin de la ville se précisera un peu plus, favorisant une information utile aux habitants de la commune. Cette formation se déroulera sur deux semaines et en deux temps.

 

Séverin Ménard, Membre du Collectif les Libres Géographes, partenaire d’Open Street Map Sénégal

 

Séverin Ménard« Dès le départ, nous savions que le profil des participants serait très varié avec des gens qui connaissent bien l’informatique et également des gens de terrain, qui avaient très peu d’expérience en la matière. C’était un challenge, mais nous étions convaincus de pouvoir mixer ces différentes expériences. Ils ont tous un engagement très fort envers leur quartier d’origine. »

 

 

 

Fatimata TALLA, Présidente GIE And Fagaru Liguèye

 

Fatimata TALLA« Je ne pensais pas que je pouvais suivre la formation, cependant les formateurs m’ont faire croire le contraire. Nous travaillons dans un groupement de femmes, dans lequel nous faisons de la transformation alimentaire. Cette cartographie nous permettra, entre autres, de trouver des espaces abandonnés, que nous pourrons réhabiliter pour y installer notre activité. »

 

 

 

Ali Ciré NDIAYE, Acteur de santé communautaire – Association des Jeunes pour le Développement de la Banlieue (AJDB)

 

Ali Ciré NDIAYE« En tant qu’acteur de santé communautaire, nous avons besoin de cartographier toute la zone. Auparavant, nous dessinions les cartes du quartier à main levée et ne connaissions pas tout l’intérêt de la cartographie numérique. »

 

 

 

 

Hits: 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.