[RÉCIT] Le 19 avril entre Traque, arrestations, tortures, désinformation et manipulation de l’information

Pour ceux qui se plaisent à faire la comparaison entre le 23 juin 2011 et ce 19 Avril 2018, il est important de signaler un fait qui n’a certainement pas échappé à la vigilance du peuple. En effet, le 23 juin, WADE avait autorisé les manifestations devant l’Assemblée nationale. Ce 19 avril, contrairement à son prédécesseur, Macky SALL, a mobilisé des milliers d’éléments de nos forces de défense et de sécurité (Police, Gendarmerie, Armée en renfort) pour traquer, mater et torturer (Voir récit de mon camarade Yenamarriste Mohamed Moriba CISSOKHO) tout citoyen désireux de manifester pacifiquement contre une loi inconstitutionnelle. Je ne reviendrai pas sur le déroulement de cette journée. Je ferai juste un petit récit d’un épisode qui devra interpeller tout citoyen, tout activiste ou militant des droits humains.

 

FILM D’UNE TRAQUE SUIVIE D’ARRESTATIONS

Au bout d’une longue, très longue journée du 19 avril, nous décidions de rendre visite à notre camarade Simon Kouka alité, et qui respectait avec beaucoup de frustration, la consigne de poursuivre sa convalescence loin des manifestations pacifiques. Chez Simon, nous sommes très vite informés de la présence de policiers en tenue civile au bas de l’immeuble. Ces derniers, paraît-il, posaient de nombreuses questions aux voisins. Puis, très vite, les choses s’accélèrent avec une ronde fréquente de voitures de police.  Vers 20h, nous décidions malgré tout, Sofia, Pidi et moi, de nous rendre au commissariat de police de Grand Dakar. Il fallait apporter à manger aux frères maintenus dans les liens de détention toute une journée, sans possibilité de s’alimenter. Dans ce sens, toutes les démarches de bonnes volontés auprès de la brigade étaient restées vaines. « Ils ne sont pas là », leur opposait-on sans relâche.

 

Un peu avant 21h, nous sortons de l’appartement de Simon. A peine avions nous eu le temps de nous installer dans le taxi, qu’un groupe d’une dizaine d’éléments de la DIC (Division des Investigations Criminelles) encerclent le véhicule. « Sortez de la voiture, sortez ! », criaient-ils. Nous nous exécutâmes sans résistance aucune. Sofia et Pidi seront tout de suite menottés comme de vulgaires «terroristes». Et nous sommes tous les trois remis dans le taxi. Trois minutes plus tard, deux voitures pick-up remplis d’éléments de police arrivent en renfort. Une scène surréaliste, digne d’un véritable film hollywoodien où les forces d’élite américaines procèdent à l’arrestation de grands criminels… Nous sommes extirpés du taxi et embarqués dans les voitures pick-up avec le chauffeur de taxi. Direction, commissariat de police de Grand Dakar.

 

Un comité d’accueil de deux cordons disposés en parallèle nous reçoit à l’arrivée. Le seuil du poste de Police franchi, j’aperçois de suite derrière les grilles plus d’une dizaine d’individus. Deux voix attirent tout de suite mon attention, celles de Moriba et de Cheriff : « Grand Ndo ! Grand Ndo !», criaient-ils. Les regardant de plus près, un constat me porte un coup de poignard au cœur : Ils sont tous dépouillés de tous leurs vêtements, il ne leur restait à chacun qu’un caleçon.  Un haut responsable de la police qui arrive en même temps que nous met fin de suite à cette scène en intimant l’ordre de leur restituer leurs vêtements confisqués toute la journée.

 

Sofia est mise dans la cellule pour femmes. Elle y rejoint une prévenue qui avait dans les bras un bébé de quelques mois dont les pleurs et cris incessants avaient finis d’agacer les limiers. Et l’un d’eux finit par le faire savoir : « Hey, débrouillez vous pour faire taire ce bébé, nous en avons marre de ces cris !». Pidi, le chauffeur de taxi et moi rejoignions Moriba, Cherif, les artistes Cap 2 Seuss et Free, Emile Thiaw Billy, ainsi que les autres prévenus dont nous ignorions jusque-là les identités. C’est par la suite qu’on nous les présentera comme des frères de l’artiste Free venus prendre de ses nouvelles, et cueillis à froid par la police sur leur chemin de retour.

 

Dans cette cellule de 4m2 qui contenait à peine le groupe d’une quinzaine de personnes que nous formions. Tous assis à même le sol, nous attendions tranquillement. Et je fus de suite impressionné par la sérénité de jeunes camarades restés dignes et inébranlables, malgré les tortures subies quelques heures plus tôt. Tous leurs récits menaient à une chose principale : le mythe Fadel BARRO.

 

L’heure de mon interrogatoire a sonné, l’adjudant D vient m’extirper de la cellule et me conduit à son bureau. Une longue et passionnante discussion de près de deux tours d’horloge commence entre lui et moi, non sans oublier de tenir mes deux mains liées à l’arrière à l’aide de menottes…

LA HANTISE D’ARRÊTER Fadel Barro : A DÉFAUT D’AVOIR PU L’ARRÊTER, IL FAUT LE DISCRÉDITER…

Les échanges avec Moriba et Cherif m’avaient déjà sensibilisé sur le fait que l’arrestation de Fadel Barro, coordonnateur de Y en a marre était devenu un point d’honneur pour la police. Les ordres reçus dans ce sens étaient apparemment très fermes. En attestaient déjà les nombreuses questions posées le concernant. C’est pourquoi le lendemain, à défaut d’avoir pu l’arrêter, des articles mensongers ont été commandités auprès d’une certaine presse pour le présenter en fuyard, en « tapette », le discréditer ! De toute la journée du 19 avril, Fadel n’a jamais été aux lieux indiqués par les fameux articles de presse. C’est constatant que la stratégie de Macky SALL était d’arrêter très tôt toutes les figures du mouvement et les leaders de l’opposition politique, qu’il a été choisi de jouer sur l’un des atouts de Y en a marre, à savoir la diversité de ses leaders et des rôles. Et des Yenamarristes, Fadel avait reçu l’ordre de ne pas se faire arrêter, et de jouer pleinement son rôle de coordonnateur.

Les chARGES dE TROUBLE A L’ORDRE PUBLIC, association de malfaiteurs…

 A suivre…

Hits: 83

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.