Sunu Gox

Projet de renforcement de la citoyenneté et de la solidarité pour un environnement sain dans la banlieue de Dakar PRECISES (Sunu Gox)


Ce projet est mis en œuvre par Y EN A MARRE en partenariat avec le GRET et financé par l’Union Européenne. Son objectif est de promouvoir la solidarité urbaine et la citoyenneté dans les quartiers périphériques de Dakar en renforçant des mouvements citoyens et des organisations de base, dans leurs capacités à agir pour la défense de l’environnement et l’amélioration des services de base.

Le projet SUNU GOX souhaite aborder les trois grandes problématiques suivantes :

Un environnement urbain dégradé à Dakar et en particulier dans ses banlieues, fortement exposées à la pression urbaine et aux risques environnementaux et climatiques.

Des usagers-citoyens des banlieues de Dakar dans une situation de relégation urbaine, sociale et politique qui génère des dynamiques positives d’initiatives locales, de prise de conscience citoyenne mais aussi des risques environnementaux et socio-politiques.

Des mouvements citoyens qui contribuent au processus de démocratisation, qui revendiquent une amélioration des services et de l’environnement, peuvent mobiliser, accompagner, interpeller, pouvoirs publics et citoyens, sur la gestion du cadre de vie.

Le projet est mis en place dans 6 communes Daroukhane, Wakhinane à Guediwaye; Pikine Nietty Mbar, Dalifort et Malika à Pikine ;  et Bargny. Il a vocation à s’inscrire durablement dans le paysage périurbain dakarois, comme un acteur incontournable dans la promotion de la citoyenneté et de l’environnement.

Sunu Gox est structuré en trois grands axes d’intervention :

  1. Le premier axe vise la définition concertée entre les organisations de base, le mouvement Y en a marre et les autorités locales, de priorités en terme d’amélioration de l’environnement dans le cadre d’un processus collaboratif de diagnostic;
  2. Le second axe prévoit la réalisation concrètes d’actions de proximité en matière d’environnement et d’assainissement portées par les organisations de base des quartiers d’intervention;
  3. Le troisième axe a pour objectif de réaliser des actions de plaidoyer, suivi et sensibilisation afin de renforcer la citoyenneté urbaine et la mobilisation autour des questions environnementales, notamment auprès des jeunes des banlieues

ACTIONS

A1.1. Formation des membres de YEAM sur les enjeux environnementaux et urbains et les méthodes de diagnostic, sensibilisation, plaidoyer

Les membres de YEAM voient leurs compétences renforcés tout au long de la mise en œuvre du projet par l’élaboration des stratégies, de méthodologies, la mise en œuvre des activités et la production d’outils, réalisés avec l’appui du Gret.

Les membres de YEAM mobilisés sont :

  • Les membres fondateurs qui participent à l’élaboration des stratégies, au suivi, et aux activités de partage, plaidoyer, sensibilisation (restitution du diagnostic, lancement du diagnostic, réalisation de l’hymne, etc.) en cohérence avec la stratégie d’ensemble du mouvement.
  • les membres de l’équipe projet (opérationnel, administrative, financier) qui renforcent leurs capacités à mettre en œuvre un projet d’envergure qui contribue à la professionnalisation du mouvement YEAM.
  • Les membres des « esprits » (cellule YEAM sur le terrain) qui développent de nouvelles compétences et activités, renforcent sa connaissance du terrain et des acteurs clés pour mobiliser la jeunesse sur l’environnement et la citoyenneté.

A1.2. Réalisation de diagnostics environnementaux dans les quartiers en s’appuyant sur les citoyens-usagers et des outils de cartographie collaborative

 Pour mener à bien cette réalisation des diagnostics, la prise en compte des divers facteurs ont bien été évalués, en amont des activités. Parmi ces facteurs, il y a les facteurs climatiques et le manque d’implication des citoyens-usagers et des autorités locales.

Concernant les facteurs climatiques, les activités ont été planifiées, en tenant compte de la saison des pluies. Quant à l’implication des citoyen-usagers et des autorités locales, la démarche participative tout au long de l’élaboration des méthodologies et de la réalisation du diagnostic a permis une réelle appropriation et implication des parties prenantes.

Ainsi ont été réalisés :

  • Un diagnostic des dynamiques sociales dans les quartiers ciblés permettant l’identification des principales associations de jeunes agissant sur l’environnement et la citoyenneté
  • Un diagnostic institutionnel à travers des rencontres avec les principales autorités des quartiers ciblés (mairies, chefs de quartier, imam, proviseur de lycée, etc.)
  • Un diagnostic urbain permettant de cartographier de manière collaborative (outils OSM) les zones ciblées et d’identifier les principaux problèmes environnementaux et les principales opportunités en termes d’espaces publics disponibles.

A1.3. Animation d’un processus de concertation avec les autorités locales à partir des résultats des diagnostics et identification des priorités d’action et de plaidoyer aux différentes échelles.

Cette activité s’est traduite par :

  • Les visites de courtoisie aux autorités de chaque quartier (mairie, chef de quartier, imams, proviseur, etc.)
  • La présentation aux autorités des résultats du diagnostic et des cartes produites de manière collaboratives lors de la restitution organisée en juillet 2017 qui a permis d’engager un échange sur les priorités environnementales dans les quartiers.
  • La mobilisation d’autorités locales dans le processus de sélection des projets.

Cette activité aurait pu être compromise les autorités locales n’avaient pas répondu positivement à notre invitation. Leur mobilisation est facilitée par l’ancrage local des relais de YEAM dans les quartiers et leur bonne connaissance des acteurs clés.

A.2.1 Elaboration participative des lignes directrices du fonds de promotion des initiatives citoyennes

Cette activité s’est traduite :

  • Par l’identification collective des priorités environnementales et opportunités d’aménagement d’espaces publics lors du diagnostic collaboratif
  • La définition concertée des priorités des lignes directrices de l’appel à projet, lors d’échanges bilatéraux avec des associations et d’un atelier de partage organisé en août 2017

Pour mener à bien la réalisation de cette activité, l’équipe projet a veillé à consolider le partenariat avec les OB dès le démarrage du projet, à travailler dans la transparence avec ces dernières et à tenir compte de leurs besoins et spécificités.

 

A.2.2 Lancement de l’appel à initiatives et conduite d’un processus d’identification, instruction et sélection par un comité pluri- acteurs

L’appel à initiative a été lancé en août 2018 par une diffusion via les personnes relais dans les quartiers et les associations de jeunes identifiées lors du diagnostic. Une permanence d’appui au montage de propositions a été mise en place au niveau du bureau projet pour répondre aux demandes d’appui au cas par cas. Une fois le délai de dépôt des propositions dépassé, les projets déposés ont été sélectionnés par un comité de sélection composé de membres du Gret, YEAM, représentants d’autorités locales (mairie, chefs de quartier). Ce processus a suivi 3 étapes clés :

  • La présélection sur la base de l’éligibilité des demandes en fonction des critères préétablis dans l’appel à initiatives.
  • Une phase d’accompagnement pour améliorer les propositions qui a pris la forme d’échanges oraux avec chaque association pour préciser leurs projets et faire part des commentaires du comité de sélection et une visite de terrain pour chaque projet.
  • La sélection sur la base de la pertinence et l’efficacité des propositions.

10 projets ont ainsi été retenus à l’issu de ce processus.

De cette étape : il faut retenir la pertinence de mixer document de projet écrit et présentation orale du fait du niveau de compétences des associations.

Par ailleurs au vu du petit nombre de candidatures reçues, du fait période non favorables (celle des grandes vacances et de la fête de tabaski), l’appel à initiatives a été prolongé pour permettre à un plus grand nombre d’OB de postuler.

A.2.3 Accompagnement de la réalisation de 10 actions portées par des organisations de base permettant l’amélioration de l’environnement et de l’accès aux services

Pendant cette période de référence, seulement 10 projets ont été sélectionnés, pour être soutenus financièrement et techniquement, dans un premier temps, au lieu des 20 initialement prévus.

Ce changement d’approche par rapport à l’activité initialement prévue s’explique :

  • Par le besoin des associations de recevoir un appui personnalisé et renforcé pour mener à bien le processus de l’appel à projet
  • Par la volonté de tester les méthodes et outils avant de lancer un deuxième appel à projet en année 2 afin de pouvoir améliorer et adapter le dispositif en cours de projet.

A.3.2 Sensibilisation des populations des quartiers, notamment les jeunes des jeunes des quartiers aux risques environnementaux et aux comportements citoyens en s’appuyant sur les cultures urbaines

Les principales activités de sensibilisation seront réalisées en années 2 une fois les projets sélectionnés démarrés, afin de légitimer la sensibilisation par l’action concrète et démonstrative.

Durant l’année 1 du projet l’hymne Sunu Gox a été réalisée et produite par des artistes issues du mouvement YEAM et des cultures urbaines, permettant de sensibiliser un large public de jeunes hommes et femmes aux problématiques environnementales et aux enjeux liés à l’assainissement.

Egalement, plusieurs des projets de sensibilisation sélectionnés dans l’appel à projet utiliseront les cultures urbaines comme outil de mobilisation, notamment des jeunes.

DOCUMENTATION AUDIOVISUELLE

Facebook